Pages

< Il se souvient que nous sommes poussière >


Translation by Aimée C. Wittig

Car il sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière. (Psaume 103 :14)

Souvent, j’oublie que je suis poussière. J’oublie c’est l’Eternel qui, à ma création, a fait de moi un être vivant, existant de Son souffle même, et que sans lui je ne pourrais pas vivre.

J’ai tendance à penser que je suis faite d’acier, ou de diamant – d’un matériau dur, et fort, et autonome. Quand néanmoins j’arrive au point où je réalise que je suis complètement dépendante de Dieu – que je dépends de lui pour être forte, pour survivre, pour vivre – je me mets à penser que quelque chose a mal tourné. Je présume que je devrais toujours être forte, que je devrais être capable de pourvoir à mes propres besoins, que je ne devrais être ni aussi épuisée, ni d’une telle fragilité émotionnelle, ni aussi tremblante quand j’ai faim…

Mais devoir dépendre de Dieu n’est pas une conséquence de la chute.

Le dessein de Dieu a toujours été que nous dépendions complètement de Lui. Je ne suis pas censée, avec plus ou moins de succès, surmonter mes journées toute seule, et de temps en temps seulement me tourner vers le Seigneur pour accroitre mes forces quand elles me font défaut.

Non.

Maudit soit l'homme qui prend la chair pour son appui, et qui détourne son cœur de l’Éternel ! (Jérémie 17 :5)

Le Père n’est pas contrarié si nous dépendons de Lui ! Il nous a conçus ainsi !
Jésus s’est fié au Seigneur tout-puissant depuis sa naissance. Il a été fatigué, dépassé, trop plein d’émotions, affamé, accablé – mais il n’a pas péché. Il s’est tourné vers Dieu de tout son cœur, et s’est remis à lui, complètement ; et, dans sa dépendance totale, il L’a honoré.

Le péché nous écarte de notre dépendance vis-à-vis de Dieu. Pourtant, j’agis souvent comme si je devais être gênée de ma vulnérabilité quand je ne fais pas de Lui mon refuge. Mais le fait que nous ne puissions pas survivre sans Dieu n’est pas quelque chose de honteux ! J’ai été conçue dans une relation de dépendance, où la compassion de mon Père me soutient là où mes propres forces ne le peuvent pas. Ce n’est pas grave d’être faible, et émotive, et fatiguée. Ce n’est pas grave de s’exclamer : « Je ne peux pas survivre à aujourd’hui en Ton absence ! »


Dieu n’a jamais voulu que nous traversions nos jours sans Lui. Le Seigneur se réjouit de ceux qui ont confiance en son amour indéfectible ! Il nous aime avec constance, avec une grande tendresse, et avec compassion. Et parce qu’il se souvient que nous sommes poussière, il compte bien que nous nous en remettions a Lui. Et, quand nous le faisons, il s’en réjouit.

No comments:

Post a Comment

 
Blogger Template By Designer Blogs