Pages

< Il sera bon malgré tout >


(translation by Aimée C. Wittig)

Je ne veux pas être aujourd’hui.

Je me réveille et je veux immédiatement me rendormir ; je veux replonger dans le confort de l’inconscience, où je n’ai pas à me soucier des vagues incessantesd’anxiété/colère/déception/honte qui se brisent sur mon esprit éveillé.

Je veux oublier. Le passé ressemble à une armurerie pleine àcraquer de honte : j’ai essayé, et j’ai échoué. Le passé est lourd de déceptions dont le poids s’infiltre dans ce que je vois de mon futur. Tout espoir est dévoré par lpeur qu’essayer ànouveau signifie échouer à nouveau. Donc le présent est chargé de frustration. Je me sens paralysée, mal-adaptée, triste.

Je veux oublier.

Je devrais sortir du lit, m’habiller, appeler quelqu’un. Mais je ne vois pas qui appeler, je n’arrive pas à décider quoi me mettre, et je n’ai vraiment, vraiment pas envie de sortir du lit.
A la place, je veux oublier. Regarder des séries TV en masse. Retourner dormir. Attraper un gros paquet de quelque chose de trop sucré et manger jusqu’à ce que seul le désespoirsubsiste.

Mais dans un sens, je sais que je n’ai pas besoin d’oublier.
J’ai désespérément besoin – besoin comme quelqu’un qui suffoque et qui cherche à respirer – j’ai désespérément besoin de me souvenir de l’Eternel.

Me souvenir :
Qu’il a arrangé les lieux et les temps où les gens vivent, pour que les gens puissent tendre vers Lui et Le trouver (Actes 17 :26-27)
Qu’il a arrangé l’ordre de mes jours avant même que le premier d’entre eux ne débute (Psaume 139 :16)
Qu’il est mon refuge, ma force – et mon aide toujours présentemême dans ce temps précis de trouble (Psaume 46 :1)
Qu’il m’a pardonné pour mon anxiété, pour mes doutes, pour ces moments et ces journées de colère où j’enrage parce que la vie ne fonctionne pas comme je l’aimerais (Colossiens 2 :13)
Qu’il n’est pas simplement un père, mais mon Père ; qu’il n’est pas simplement bon, mais la source de toute bonté (Jacques 1 :17)
Qu’il est avec moi, qu’il me soutient, qu’il ne m’abandonnera pas (Esaïe 41 :10)
Qu’il sait ce dont j’ai besoin et qu’il y pourvoira – et qu’il a déjà pourvu à mon plus grand besoin (Philippiens 4 :19)
Qu’il m’aime profondémentmême à ce moment précistelle que je suis aujourd’hui – dans ma toute crainte et toute ma confusion. (1 Jean 3 :1)
Qu’un jour qu’il engloutira totalement les ténèbres dans Sa chaleur et Sa bonté et Sa lumière (Révélation 21 :4)

Il faut que je me souvienne de ces choses.

Chacune d’entre elle est à elle seule glorieuse. Et je les considère de loin, et je sais – je sais que si je pouvais seulement prendre appui sur une d’entre elle, je serais peut-être capable de sortir du lit.

Mais – et si je ne pouvais pas ? ou n’y arrivais pas ? ou ne voulais pas ?

La bonne nouvelle, le grand soulagement et mon seul, mon vrai, espoir -- que je me souvienne ou non de ces choses ce matin – est que l’Eternel sera bon malgré tout.

Il règnera dans sa bonté solide et sa bienveillance généreuse et sa prudence souveraine ; malgré tout. Au milieu même des ombres  se tapit mon anxiété, où mes doutes me brouillent de Lui, au milieu même du gouffre où le passé est un barrage de honte et le futur un mur d’impossibilités : l’Eternel sera bon malgré tout.

Quand j’étais morte dans mes offenses, et son ennemie – ne voulant ni ne pouvant m’en rendre compte, Jésus se battait pour moi en première ligne, plongeant lui-même dans les ténèbres, se mettant au niveau de mes faiblesses et de mon péché et de mon incroyance, prenant volontairement sur lui toutes les condamnations pour ces crimes ; sondant les profondeurs pour que le socle de ma rédemption soit solide. Quand j’étais loin, et aveugle, et morte à lui… Lui sortait du tombeau, victorieux en mon nom.

Et c’est ça qui pourra inverser la tendance.

Que jen prenne conscience ce matin ou pas, Il reste celui qui arrange mes jours, Il reste mon aide constante, Il reste la garantie de mon pardon, mon compagnon le plus loyal, l’ami fidèle de mon âme blessée, et Il reste roi victorieux.

Ce matin, je ne suis pas victorieuse.

Je me sens totalement vaincue. Je suis faible, et sans foi, et pleine de doutes, et effrayée, et je ne veux pas être aujourd’hui.

Mais Il sera bon malgré tout.

No comments:

Post a Comment

 
Blogger Template By Designer Blogs